qui est pasteur
Biologie

Qui est Pasteur, ou comment un chimiste a révolutionné la médecine?

Louis Pasteur est un chimiste français qui a apporté énormément aux sciences durant son existence. Encore aujourd’hui, son empreinte est visible dans les laboratoires de recherche tout comme en médecine.

Mais qui était réellement Louis Pasteur et qu’a-t-il fait de si extraordinaire ? Je te propose de partir à la rencontre de cet homme exceptionnel.

Jeunesse de Louis Pasteur

Louis Pasteur est né dans un petit village jurassien appelé Dole. C’était le 27 décembre 1822. Son papa était tanneur. Afin de trouver plus de travail, la famille Pasteur déménagea à Arbois, un autre village jurassien en 1830. Ce village est bien connu pour son vin, ce qui eut une grande influence dans les travaux de recherche de Louis Pasteur.

Louis allait à l’école puis au collège d’Arbois. Il aimait beaucoup dessiner et produisit de nombreux tableaux, notamment des portraits de personnes de sa famille ou des habitants de sa ville.

qui est pasteur
Portrait de Claudine Benoiste Parpandet, dite sœur Constance, réalisé par Louis Pasteur en 1839.

Louis obtint le baccalauréat en lettres et en sciences respectivement en 1840 et 1842 après avoir intégré le collège royal de Besançon.

Une fois son bac en poche, Louis monta à Paris où il étudia la chimie et la physique à l’Ecole Normale Supérieure. Il obtint son doctorat de chimie en 1847. Deux ans après, il se maria avec une femme qui s’appelait Marie et avec qui il a eu 5 enfants.

« Ne cherchons pas à éviter à nos enfants les difficultés de la vie ; apprenons-leur à les surmonter. »

Louis Pasteur

Vie professionnelle

L’année qui suivi l’obtention de son doctorat, Louis fut nommé professeur de physique à Dijon puis professeur de chimie à Strasbourg. Pour finir, il enseigna la chimie à Lille.

En 1862, Louis Pasteur fut élu à l’Académie des Sciences. Près de vingt ans plus tard, c’est à l’Académie française qu’il fut élu.

A la fin des années 1860, Louis Pasteur fut victime d’une attaque cérébrale qui le rendit hémiplégique. Il s’en remit et continua ses travaux mais il en garda tout de mêmes des séquelles jusqu’à la fin de ses jours.

Au cours de sa carrière Louis Pasteur travailla pour différentes universités en tant que professeur mais également en tant que chercheur. Il voyagea d’Arbois à Lilles en passant par Paris au gré de ses recherches.

En 1876, Louis Pasteur s’essaya même à la vie politique en se présentant aux élections sénatoriales, mais ce fut un échec. Il retourna donc à ce qu’il savait faire : la recherche.

A la fin de sa vie, il proposa la création d’un laboratoire dédié au traitement de la rage. Celui-ci fut baptisé Institut Pasteur et existe toujours aujourd’hui.

Inauguration de l’Institut Pasteur, le 14 novembre 1888

Louis Pasteur travailla jusqu’à la fin de sa vie. Il décéda le 28 septembre 1895 à Marne-la-Coquette, près de Paris, et eut droit à des obsèques nationales. La famille refusa son entrée au Panthéon, au profit d’une crypte sous le musée Pasteur, à Paris.

Au cours de sa grande carrière scientifique, Louis Pasteur reçut beaucoup de distinctions françaises mais aussi étrangères. Parmi elles, nous pouvons noter la Légion d’honneur, la Médaille Rumford (prix scientifique américain, reçue en 1856 et 1892), la Grand-croix de la Légion d’honneur (1868), la médaille Copley (reconnaissance anglaise, reçue en 1874) ou encore la médaille de l’Ordre du Médjidié (ordre honorifique de l’empire Ottoman, reçue en 1886).

« La science n’a pas de patrie, parce que le savoir est le patrimoine de l’humanité, le flambeau qui éclaire le monde. »

Louis Pasteur

Quels sont les travaux de Louis Pasteur?

Les travaux de Louis Pasteur s’articulent autour de trois grandes périodes : celle de la chimie, celle de la fermentation et de la génération spontanée et enfin celle des maladies contagieuses et des vaccins.

De 1846 à 1854, la chimie au cœur des travaux de Louis Pasteur

Les tout premiers travaux de Louis Pasteur porte sur la chiralité moléculaire (on prononce kiralité)[1]. Hein ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Et bien Louis a étudié le fait que deux molécules pouvaient avoir la même formule chimique, c’est-à-dire contenir les mêmes atomes, mais ne pas avoir les mêmes propriétés. Il a réussi à démontrer qu’une asymétrie dans la molécule causait ce phénomène.

Si tu veux, c’est un peu comme si on regardait les lettres p et d. Les deux ont un cercle et un trait droit. Ils sont constitués des mêmes éléments, mais ils ne donnent pas le même résultat dans un mot. C’est la même chose pour les molécules. Cette notion est assez obscure mais sache qu’elle a joué un très grand rôle dans l’histoire de la chimie !

C’est en s’intéressant à ces propriétés moléculaires que Louis Pasteur en arrive à étudier la fermentation. En effet, lors de la formation du vin, un des « déchets » de la production est utilisé dans la teinturerie. Or, il arrive parfois que ce déchet n’ait pas les propriétés attendues à cause de cette chiralité.

De 1854 à 1870, la fermentation et la génération spontanée sont mises en lumière

La fermentation, réaction au cœur de la vinification

Louis a commencé très tôt à travailler sur la fermentation[2]. Mais de quoi s’agit-il ? C’est tout simplement le processus qui permet au fromage d’être formage. Il assure également à la bière d’avoir sa saveur et au pain d’être si bon ! La fermentation est un peu partout mais c’est grâce à Louis Pasteur que l’on a compris ce qui se passait exactement.

C’est Louis qui a mis en évidence le rôle des microorganismes (levures et bactéries) dans ce phénomène. En étudiant la fermentation, Louis Pasteur approfondit les connaissances de l’époque sur les levures. Il prouve qu’il s’agit bien d’être vivants, ce dont on doutait à l’époque. C’est également en étudiant cela qu’il met au point de nouveaux procédés de culture dont sont encore issus les procédés actuels.

« Il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres. »

Louis Pasteur

Le vin n’est pas la seule boisson à bénéficier de l’expertise de Louis Pasteur[3][4]. En effet, Pasteur décide de s’intéresser à la fabrication de la bière. Il s’agit là d’une action purement politique. Nous sommes en 1870, la guerre entre la France et l’Allemagne bat son plein. Louis Pasteur cherche donc simplement à faire concurrence aux bières allemandes en fabricant des bières françaises aussi bonnes que leurs voisines tout en se conservant plus longtemps pour permettre le voyage jusqu’aux clients.

« Je crois invinciblement que la science et la paix triompheront de l’ignorance et de la guerre »

Louis Pasteur

Le vin, la bière…Louis Pasteur est un des premiers chercheurs à lier ses recherches avec l’industrie de manière aussi étroite, voire à la demande des industriels eux-mêmes !

La pasteurisation ouvre la voie vers la longue conservation

Tout en étudiant le vin, Louis découvre les problématiques qui l’entourent, en particulier son transport et sa conservation. Il met alors au point un procédé de stérilisation. Celui-ci consiste à chauffer le vin puis à le refroidir rapidement afin de tuer tous les microorganismes présents. Nous utilisons toujours ce procédé de nos jours et il s’appelle la pasteurisation. Selon certains, Louis ne serait pas à l’origine de ce procédé. Il aurait simplement repris l’idée d’autres avant lui, tel que Nicolas Appert. La pasteurisation n’a pas eu une longue vie dans l’histoire du vin. Cependant le procédé a été transféré à d’autres domaines comme le lait.

Fin de la théorie de la génération spontanée

A cette époque, certaines personnes pensent que des êtres vivants peuvent surgir de nulle part, à partir de matière inanimé comme un caillou ou un grain de sable. C’est ce qu’on appelle la théorie de la génération spontanée. Mais, au début des années 1860 et après 6 ans de recherche, Louis pasteur déclare que la génération spontanée n’existe pas. D’après lui, il faut forcément un être vivant pour permettre l’apparition d’un autre être vivant.

On sait bien sûr aujourd’hui qu’il avait raison mais au moment de sa déclaration, l’Académie des sciences n’arrivait pas à savoir qui avait raison : la génération spontanée existait-elle ou non ? Elle a donc fait appel à tous ceux qui voulaient apporter une preuve indiscutable à la question. C’est Louis Pasteur qui remporta le prix en 1862.

De 1868 à la 1895, Pasteur se consacre aux maladies infectieuses et aux vaccins

Lors de ces travaux sur la fermentation, Louis Pasteur démontre le rôle joué par des microorganismes dans certains phénomènes naturels. A partir de là, beaucoup de personnes commencent à chercher, et trouver, les microbes à l’origine des maladies chez les humains et chez les animaux. En effet, avant ça, peu de personnes pensaient que des microorganismes puissent être à l’origine des maladies.

« Je n’ai pas fini cependant avec toutes ces études. Ce qu’il y aurait de plus désirable serait de les conduire assez loin pour préparer la voie à une recherche sérieuse de l’origine de diverses maladies »

Louis Pasteur

La pébrine, maladie chez les vers à soie

A la fin des années 1860, Louis Pasteur étudie les vers à soie[5]. Ces animaux sont des chenilles du papillon nommé Bombyx du mûrier. Elles produisent un fin fils pour construire leur cocon. Ces fils sont en fait de la soie que l’on utilise pour produire des vêtements. La difficulté, c’est que différentes maladies tuent les vers à soie. L’une d’entre elles s’appelle la pébrine. Après quelques recherches, Louis Pasteur a réussi à trouver un remède contre cette maladie. Malgré cette prouesse, l’élevage des vers à soie (appelé sériciculture) continue à se faire de plus en plus rare.

La maladie du charbon des moutons ouvre l’ère des vaccins

Louis Pasteur étudie par la suite de nombreuses maladies présentes chez les animaux et chez les humains[6]. Il s’intéresse en particulier aux vaccins. A cette époque, pour vacciner un animal contre une maladie, on lui injecte un microorganisme semblable à celui qui provoque la maladie mais qui est incapable de provoquer lui-même une maladie grave. Cependant cette ressemblance ne suffit pas à immuniser contre la maladie du « vraie » microorganisme.

Louis Pasteur, alors qu’il étudiait une maladie appelé le choléra des poules, a diminué la virulence des microbes qui provoquent cette maladie. Plus tard, il les a injectés aux poules. Il a alors constaté que les poules ne tombaient pas malades suite à cette injection mais, en plus, elles résistaient à une injection ultérieure de microbes en pleine forme. C’est ainsi que Louis Pasteur met au point une nouvelle méthode de vaccination : l’injection de l’agent pathogène (c’est-à-dire le microorganisme qui provoque la maladie) atténué.

A la suite de ça, Louis pasteur et son équipe étudient une autre maladie qui s’appelle le charbon des moutons. En 1881, ils réussissent à mettre au point un vaccin contre les bactéries à l’origine de la maladie. Ce fut un réel succès tant en France qu’à l’étranger. Pourtant, le vaccin n’avait pas une efficacité de 100% puisqu’il lui arrivait de ne pas déclencher de réponse immunitaire ou, au contraire, de déclencher la maladie contre laquelle il était censé immuniser !

Pasteur injecte son vaccin à des moutons à Pouilly-le-Fort afin de prouver son efficacité (5 mai 1881).

L’hygiène fait sa grande entrée en médecine

Parallèlement à toutes ces découvertes, la notion d’hygiène commence à faire son apparition dans les hôpitaux dans un premier temps puis dans les maisons. En effet, un chirurgien anglais du nom de Joseph Lister devine des microorganismes présents dans la plaie provoquent les problèmes de cicatrisation observés à la suite des opérations. Il va donc mettre au point les techniques de lavage de la plaie et le nombre de problème lors de la cicatrisation va chuter. Louis Pasteur va améliorer le procédé mis en place. En effet, il a compris que les microorganismes ne se trouvent pas uniquement dans l’air mais également sur les mains des opérateurs et dans l’eau utilisé pour laver les outils de chirurgie. C’est la naissance de l’hygiène.

La rage, ultime succès de Louis Pasteur

Quelques années plus tard, en 1881, c’est à une autre maladie que Louis Pasteur s’intéresse : la rage. Cette maladie cause la mort de plusieurs centaines de personnes durant le XIXème siècle. Pierre Victor Galtier, vétérinaire français, tente de mettre au point un vaccin contre la rage en utilisant des lapins comme animal expérimental, mais sans grand succès. Louis Pasteur arrive à atténuer le virus de la rage en l’exposant à l’air libre. Il réalise par la suite des essais de vaccination sur des animaux en utilisant ce virus atténué.

Qui est Pasteur
Louis Pasteur en train de préparer d’observer le processus d’atténuation du virus de la rage pour préparer un vaccin.

Le 6 juillet 1885, on amène à Louis un petit garçon de 9 ans appelé Joseph Meister, mordu par un chien. On ne savait pas trop si le chien était enragé ou non. Mais Louis, convaincu par des collègues, décide de pratiquer sur Joseph des injections du vaccin. C’est l’un des premiers tests de vaccin réalisé chez un humain.

Joseph n’a jamais déclaré la rage. Pasteur avait pourtant toujours un doute : est-ce que le chien qui avait mordu l’enfant était bien enragé ou non ? Comment être sûr que son vaccin était efficace ? Et bien Louis Pasteur a fait une dernière injection à Joseph : celle-ci contenait le vrai virus de la rage. Expérience très dangereuse et fort heureusement interdite aujourd’hui. Mais celle-ci prouva que le vaccin développé par Louis Pasteur était efficace puisque Joseph ne déclara jamais la rage.

Par la suite, beaucoup de personnes demandèrent à se faire vacciner mais on commençait à découvrir que certaines personnes tombaient malade suite à l’injection.

C’est cette découverte qui offre à Louis Pasteur toute sa notoriété. Louis Pasteur demande alors l’autorisation de construire un laboratoire pour étudier la rage. En 1888, cela lui sera accordé. C’est la naissance de l’Institut Pasteur, qui sera inauguré le 14 novembre 1888, et qui est encore en activité aujourd’hui.

Pourtant, quelques années plus tard, un médecin italien appelé Claudio Fermi va mettre au point un nouveau vaccin contre la rage qui se révèlera beaucoup plus sûr et plus efficace que celui de Pasteur.

Conclusion

Louis Pasteur, après avoir eu une formation de chimiste a su se donner corps et âme à la biologie. Les découvertes, en générale, ne viennent pas de lui. Mais il sait reprendre les idées de ses prédécesseurs pour en faire une théorie et les appliquer de manière concrète. C’est son esprit de synthèse qui lui a valu le plus de succès ! Son succès vient également du fait qu’il n’était pas le savant fou que l’on imagine, coincé dans son laboratoire. Louis allait à la rencontre des agricoles, des industriels ainsi que des médecins et, lorsqu’il le fallait, des pouvoirs publics. On dit de lui qu’il est le père de la microbiologie, c’est-à-dire la science des microorganismes.

Le médecin Henri Mondor résume d’ailleurs parfaitement la carrière de Louis Pasteur :

« Louis Pasteur n’a été ni médecin ni chirurgien, mais nul n’a fait pour la médecine et la chirurgie autant que lui. Parmi les hommes à qui la Science et l’Humanité doit beaucoup, Pasteur est resté souverain. »

Henri Mondor

Dis-moi, quel/quelle scientifique aimerais-tu découvrir maintenant?

Bibliographie

  • [1]         L. (1822-1895) A. du texte Pasteur, Oeuvres de Pasteur. Tome 1 / réunies par Pasteur Vallery-Radot,… 1922. Consulté le: 18 septembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7356c
  • [2]         L. (1822-1895) A. du texte Pasteur, Oeuvres de Pasteur. Tome 2 / réunies par Pasteur Vallery-Radot,… 1922. Consulté le: 18 septembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7357p
  • [3]         L. (1822-1895) A. du texte Pasteur, Oeuvres de Pasteur. Tome 3 / réunies par Pasteur Vallery-Radot,… 1922. Consulté le: 18 septembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73580
  • [4]         L. (1822-1895) A. du texte Pasteur, Oeuvres de Pasteur. Tome 5 / réunies par Pasteur Vallery-Radot,… 1922. Consulté le: 18 septembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7360s
  • [5]         L. (1822-1895) A. du texte Pasteur, Oeuvres de Pasteur. Tome 4 / réunies par Pasteur Vallery-Radot,… 1922. Consulté le: 18 septembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73599
  • [6]         L. (1822-1895) A. du texte Pasteur, Oeuvres de Pasteur. Tome 6 / réunies par Pasteur Vallery-Radot,… 1922. Consulté le: 18 septembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73613
N'hésite pas à partager cet article si tu l'as aimé!

Commentaires

04/05/2022 à 17h49

Vraiment intéressant cet article. Pasteur est un scientifique que tout le monde connaît mais au fond, pas tant que cela.
Un autre scientifique à découvrir ? Isaac Newton ou peut-être Albert Einstein, connus mais dont on ne connait que peu de choses sur eux finalement.



    04/05/2022 à 21h48

    C’est vrai que lorsque l’on se penche un peu sur les scientifiques, on se rend compte que l’on connait que peu de choses sur eux! Une ou deux découvertes/inventions et c’est tout! Il est toujours intéressant d’en savoir un peu plus!
    Je retiens les idées de Newton et Einstein! Excellentes suggestions pour faire un article!



31/05/2022 à 11h32

Très intéressant, merci Claire pour cet article détaillé. Très utile aussi les petites définitions disponibles à la lecture !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *