composition du sang
Biologie

Cinq minutes pour tout savoir sur la composition du sang

Quelle est la composition du sang? Et puis d’abord, qu’est-ce que le sang ? Tu t’es peut-être déjà posé la question la dernière fois que tu es tombé۰e et que tu as saigné ! Ce liquide rouge qui s’écoule au moindre petit bobo est vital pour nous mais à quoi sert-il exactement ? De quoi est-il fait ? C’est ce que je te propose de découvrir ici !

Qu’est-ce que le sang ?

A cette question, on aurait tendance à répondre : « c’est le liquide rouge qui sort lorsque l’on se blesse ».

La base est juste. Mais je te propose de regarder dans un microscope et de plonger dans le monde de l’infiniment petit !

Pour commencer, si on veut être exacte sur le plan scientifique, le sang n’est pas un simple liquide. Il s’agit en fait d’un tissu conjonctif liquide. Dans la suite de cet article, j’associerai néanmoins le sang un liquide pour plus de facilité.

composition du sang
Le sang s’écoule à l’extérieur de notre corps en cas de blessure

La composition du sang

Maintenant que ceci est précisé, voyons un peu ce que contient ce précieux tissu conjonctif !

Tout d’abord, il faut savoir qu’un adulte a entre 4 et 6 litres de sang dans son corps. Le volume exact dépend du poids, de la taille et du sexe mais représente toujours entre 7 et 8% du poids de la personne. Chez un bébé qui vient de naître, il n’y a que 250 ml de sang.

Il est fait pour moitié d’un liquide appelé le plasma (55% pour être précise) et pour moitié de cellules (45%).

Le plasma est en fait constitué d’eau salée à 90%. On y trouve également des protéines, des nutriments (sucres, sels minéraux, vitamines…c’est-à-dire la nourriture pour les cellules) et des immunoglobulines (ce sont les armes de notre système de défense de notre corps).

Parmi les cellules qui se baladent dans le sang, nous trouvons :

– Des globules rouges, aussi appelés hématies ou érythrocytes (très largement les plus nombreuses dans la composition du sang)

– des globules blancs, aussi appelés leucocytes.

– et des plaquettes, aussi appelées thrombocytes[1].

Composition du sang : (de gauche à droite) globule rouge, plaquette et globule blanc

Nous verrons par la suite à quoi servent ces différentes cellules mais je peux déjà te dire que les globules rouges sont à l’origine de la couleur rouge du sang. Faut dire qu’ils sont particulièrement nombreux : on en compte 5 millions par mm3 de sang (pour rappel, un millimètre cube, soit 1 mm3, est un cube de 1 mm de côté ! C’est donc tout petit !)

Les globules blancs, quant à eux, sont bien moins nombreux puisqu’on en compte seulement entre 4 000 et 10 000 par mm3.

Pour te donner un petit aperçu de la proportion de ces cellules qui entrent dans la composition du sang : si tu prends 1 globule blanc, tu vas trouver environ 30 plaquettes et…600 globules rouges.

C’est la moelle osseuse, qui se trouve au cœur des os, qui fabrique toutes ces cellules. Ce processus de fabrication s’appelle l’hématopoïèse et il fonctionne tout le temps[2] ! Chaque jour, 200 milliards de globules rouges sont ainsi produits !  

Le parcours du sang

Le sang ne reste pas statique dans notre corps. Il est continuellement en mouvement dans des tuyaux (que l’on appelle aortes, artères, veines, vaisseaux sanguins, ou encore capillaires, selon leur diamètre) qui parcourent la totalité de notre corps. Pas un seul millimètre carré où il n’y a pas du sang qui circule ! Et je peux t’assurer que le sang ne traine pas ! Figures-toi qu’il parcourt près de 100 000 km par jour !

Comment fait-il pour se déplacer aussi vite ? Et bien grâce à notre pompe ! Le cœur ! C’est grâce au battement du cœur que le sang est envoyé dans tous les recoins de notre corps.

C’est notre cœur qui permet la circulation du sang dans notre organisme

Le sang ne se balade pas comme il veut dans notre corps. Il suit un circuit bien défini !

Tout commence au niveau des poumons, puis il va au cœur. De là, il va se diriger vers les différents organes, en empruntant l’autoroute (l’aorte), puis les voies express (les artères), les nationales (les vaisseaux sanguins) pour finir sur les petits chemins caillouteux (les capillaires). Une fois arrivé à destination, un réseau routier le ramène au départ en passant par le cœur pour finir aux poumons.

Le sang est donc dans un circuit clos, avec un seul sens de déplacement…le sang est sur un circuit de course !

Le sang part de nos poumons pour aller dans notre cœur avant d’apporter tout ce qu’il faut à chacune de nos cellules (photo de Sansculotte)

A quoi sert le sang?

Bon, on l’a compris, le sang a une composition précise, est bien organisé et il se trouve dans chaque recoin de notre organisme. Mais pourquoi ? A quoi sert-il ?

Et bien le sang nous est tout simplement vital !

Je t’ai expliqué un peu plus haut la composition du sang. Chaque élément a un rôle précis.

Le plasma, un élément essentiel de la composition du sang

Commençons par le plasma. Il contient des nutriments, des hormones, des immunoglobulines, etc.

 Il se charge en nutriments en passant au niveau des intestins (là où se trouve ce que tu manges) et il permet ainsi d’apporter la nourriture jusqu’à chacune des cellules de notre corps. De la même manière, il va permettre l’élimination des déchets produits par les cellules. En effet, il récupère les déchets (comme l’urée, l’acide urique, ou la créatinine, que l’on retrouve dans l’urine) au niveau des organes puis il va jusqu’aux reins où il est nettoyé (comme un arrêt au stand) pour repartir tout propre pour la fin de son tour de piste.

Le sang passe aussi par le foie, où il rejette des toxines éventuellement présentent dans le sang (pour la petite histoire, c’est pour ça que c’est lui qui est abimé chez les personnes qui boivent trop d’alcool ! C’est lui qui récupère les déchets !)

De la même manière, le sang va passer auprès des usines qui fabriquent des hormones. C’est donc également grâce à lui que les cellules reçoivent les hormones (qui contrôlent un grand nombre de mécanismes qui font qu’un homme est homme et une femme est femme).

Et pour finir, le plasma permet la circulation des immunoglobulines, disons qu’il s’agit-là des armes de défense de notre système immunitaire. Sans elles, on succomberait bien plus facilement aux attaques des divers microbes qui nous entourent.

Globules blancs, l’armée de notre corps

Globules blancs vus au microscope

Intéressons-nous maintenant aux globules blancs. Là, nous ne sommes plus face à des armes, mais carrément face à l’armée de notre corps ! Ceux sont eux, les vaillants soldats qui partent au combat dès qu’un microbe tente de s’incruster chez nous ! En circulant quotidiennement dans notre corps, ils patrouillent pour vérifier que tout va bien et ils sont également prêts à en découdre si besoin. Ils réagissent ainsi bien plus vite que s’ils étaient cloisonnés dans un campement !

Les plaquettes, des briques indispensables pour refaire les murs

Maintenant, voyons à quoi servent les plaquettes. Et bien elles, ce sont des bouche-trous ! Tout à fait ! Dès qu’un tuyau contenant du sang est troué, les plaquettes arrivent pour le colmater le plus rapidement possible, histoire que le sang, ce liquide si précieux, ne soit pas perdu ! C’est grâce aux plaquettes que tu arrêtes de saigner après t’être blessé. Enfin, si c’est vraiment un gros bobo, il faut venir en aide aux plaquettes en refermant la blessure mais de manière générale et dans le quotidien, les plaquettes font un formidable travail de rustine ! C’est elles qui forment la croûte qui apparait en quelques jours suite à une blessure.

Globules rouges, la star de la composition du sang

Pour finir, je voulais te parler des globules rouges. Eux, ce sont des cellules un peu spécial ! Pour commencer, elles n’ont pas de noyau (en tout cas chez les mammifères), ce compartiment où est rangé l’ADN de la cellule. Ensuite, elles ont une forme bien précise : on dit qu’elles sont biconcaves. Comme un dessin vaut mieux que 1000 mots, voici une image de globule rouge ! Cela ressemble à un pancake un peu épais qui aurait été pressé en son centre.

Les globules rouges ont une forme très spécifique

Les globules rouges contiennent un élément qui s’appelle l’hémoglobine. Celle-ci est capable de fixer le dioxygène[3], gaz indispensable aux cellules. Le sang change de couleur en fonction de son chargement en dioxygène. Il passe de rouge clair (avec le gaz) à rouge foncé (sans dioxygène). Lorsque l’on regarde nos veines à travers notre peau (si on a la peau claire), elles apparaissent bleues. C’est tout simplement parce que notre peau laisse passer la couleur bleue et pas la couleur rouge, elle agit comme un filtre[4]. Mais notre sang est bien rouge foncé !

Si je reprends le circuit du sang à travers notre organisme : il va au poumon, se charge en dioxygène, qu’il va ensuite distribuer aux organes. Là, il échange le dioxygène contre le CO2, gaz toxique produit par les cellules. Puis il retourne aux poumons où il décharge le CO2 pour pouvoir reprendre du dioxygène.

Le sang, régulateur de la température

Un autre rôle important du sang est de réguler la chaleur de notre corps. En jouant sur le diamètre des vaisseaux sanguins, notre corps va dissiper plus ou moins de chaleur.

En plein hiver, lorsqu’il fait bien froid et qu’il faut absolument garder la chaleur produite par notre corps, les vaisseaux sanguins vont devenir plus petit, le sang circule moins (tout du moins aux extrémités de notre corps, le sang arrivent toujours à nos organes vitaux, bien évidemment !) C’est pourquoi nous avons les bouts des doigts qui peuvent devenir bleus si on a vraiment froid (il est alors grand temps de mettre des gants !)

Au contraire, lors d’un effort physique, notre corps surchauffe, il faut éliminer toute cette chaleur, c’est à ce moment-là qu’on a les joues rouges ! Le sang afflue vers notre peau pour faire diminuer la température !

Quand la composition du sang nous rend malade

Inévitablement, si le sang est si important pour nous, alors le moindre défaut à son niveau nous rend malade !

Certaines maladies touchent les globules rouges. C’est le cas pour l’anémie et la drépanocytose. Dans le premier cas, l’hémoglobine a un défaut et ne fixe plus aussi bien le dioxygène. Le ravitaillement des cellules en gaz est alors défectueux. Cela cause une grande fatigue. On peut également avoir une anémie ponctuelle en cas de manque de fer (il faut alors manger des épinards ou des lentilles…bref, des aliments riches en fer !)

La drépanocytose, quant à elle, est une malformation de l’hémoglobine donnant une forme anormale aux globules rouges. Ceux-ci deviennent alors plus fragiles et rigides. Leur espérance de vie est donc, non seulement plus courte (avec un risque d’une trop faible quantité de cellules présentes dans le sang), mais également un risque de s’accrocher les unes aux autres formant ainsi un caillot qui bouche les vaisseaux sanguins…ce qui est très grave.

Les globules rouges peuvent également être touchés par du poison comme le monoxyde de carbone ou le plomb qui les empêchent de faire leur travail.

composition du sang
Les globules rouges atteint de drépanocytose ont une forme anormale (photo INSERM)

Il arrive également qu’une maladie touche les globules blancs : une leucémie est une prolifération anormale et non contrôlée de ces cellules. Il s’agit d’un type de cancer.

Pour finir, il y a des maladies, comme le paludisme, où le microbe se croit chez lui dans les globules rouges et c’est à l’intérieur de ces cellules qu’ils se multiplient. Au moment de la libération des nouveaux microbes, les globules rouges meurent. La quantité de cellules disponibles pour apporter l’oxygène diminue alors drastiquement !

Comment faire face aux problèmes sanguins?

Le sang nous est donc vital et il lui arrive malheureusement parfois d’être défectueux ou de mauvaise qualité. On pourrait se dire qu’il suffit de fabriquer du sang pour le donner à ceux qui en ont besoin…sauf que le sang a une composition tellement complexe qu’on ne sait tout simplement pas le fabriquer !

Prendre le sang d’un animal pour le donner à un humain ne fonctionne pas ! Notre corps reconnait que cela ne nous appartient pas et lance son armée pour détruire cet intrus.

C’est pour combler ce manque et pour aider les personnes qui en ont besoin que l’EFS (l’Etablissement Français du Sang) nous propose de donner notre sang. Un être humain peut (sous certaines conditions) donner son sang à un autre être humain sans que celui-ci soit reconnu comme « étranger » par la personne qui le reçoit.

composition du sang
La transfusion sanguine est un traitement indispensable pour certaines maladies

Qui a besoin de sang ?

Et bien nous l’avons vu, les personnes qui ont une maladie du sang ont besoin de ces dons. Cela représente 40% des personnes qui reçoivent ainsi du sang. On dit que ces personnes sont transfusées.

Il y a également des personnes qui ont une maladie dont le traitement détruit ou empêche la production de nouvelles cellules sanguines. C’est le cas pour les cancers. Il s’agit-là de 30% des transfusions.

Au cours d’une opération il peut parfois être aussi nécessaire de transfuser le patient s’il perd trop de sang. Ceci représente 25% des transfusions.

Et pour finir, suite à un accident ou au cours d’un accouchement, une personne peut perdre une quantité trop importante de sang, Dans ce cas, il est indispensable de lui donner du sang rapidement pour qu’elle puisse se rétablir.

Selon les cas, on peut donner au patient uniquement des plaquettes ou du plasma[5] ou la totalité du sang. Enfin, quand je dis « totalité », ce n’est pas tout à fait vrai puisqu’il faut tout de même enlever les globules blancs avant de le transfuser. En effet, ces cellules étant membres de l’armée du donneur de sang, elles vont reconnaitre les cellules du receveur comme étant des ennemis et les détruire…ce qui n’est pas bon pour le receveur, bien sûr !

Donc on prend le sang d’une personne, on enlève tous les globules blancs et on le remet le sang dans une personne qui est en manque. Mais avant de le donner, il y a une étape primordiale à respecter : l’analyse du sang ! On voit alors s’il est suffisamment proche de celui du receveur pour ne pas être rejeté et on regarde aussi s’il contient des virus ou non (l’hépatite C ou le sida sont par exemple des maladies transmises par le sang)[6].

La transfusion sanguine sauve de nombreuses vies tous les jours

Comment se passe les dons ?

En France, il y a un million de personnes qui ont besoin d’une transfusion chaque année. Pour répondre à cette demande, il faut 10 000 dons par jour.

Une fois le sang pris chez une personne, on ne peut le garder que quelques jours avant de le donner à une autre personne. Il faut donc que les dons soient réguliers pour toujours alimenter les hôpitaux.

Comment se passe un don du sang ? C’est très simple ! Tu dois avoir plus de 18 ans et être en bonne santé ! C’est tout ! Avant le don, un entretien avec un médecin permet de confirmer que ton état de santé est compatible avec un don sanguin. Le don en lui-même dure environ 1h et peut sauver 3 vies. Est-ce que ça fait mal ? Autant qu’une prise de sang !

Bien sûr, comme le sang nous est vital, on ne donne pas « trop » de sang. Chaque donneur offre un peu moins de 500 ml (sur les 5 000 ml que contient notre corps) à chaque don. C’est juste ce qu’il faut pour que ça ne nous fasse rien (notre corps en produit constamment !) et que ça permette d’aider d’autres personnes.

Connais-tu des personnes qui ont déjà donné leur sang ?

Bibliographie

  • [1] VASCULAIRE, ÉTAPE. Cicatrisation cutanée. Ann Dermatol Venereol, 2005, vol. 132, p. 8S49-68.
  • [2]          T. Reya, « Regulation of hematopoietic stem cell self-renewal », Recent Prog. Horm. Res., vol. 58, p. 283‑295, 2003, doi: 10.1210/rp.58.1.283.
  • [3]          B. Baudin, « Les hémoglobines normales et pathologiques », Rev. Francoph. Lab., vol. 2016, no 481, p. 27‑34, avr. 2016, doi: 10.1016/S1773-035X(16)30126-5.
  • [4]          A. Kienle et al., « Why do veins appear blue? A new look at an old question », Appl. Opt., vol. 35, no 7, p. 1151‑1160, mars 1996, doi: 10.1364/AO.35.001151.
  • [5]          R. Djoudi, « Transfusion de plasma : produits–indications », Transfus. Clin. Biol., vol. 20, no 2, p. 47‑54, mai 2013, doi: 10.1016/j.tracli.2013.02.005.
  • [6]          S. Clément, « Techniques de préparation des produits sanguins labiles et leurs principales indications », Transfus. Clin. Biol., vol. 18, no 2, p. 250‑261, avr. 2011, doi: 10.1016/j.tracli.2011.02.022.

N'hésite pas à partager cet article si tu l'as aimé!

Commentaires

19/12/2022 à 13h16

Merci Claire pour cet article comme toujours très bien résumé et tout aussi bien illustré. Bien qu’ayant fait des études scientifiques, ton article m’a apporté un complément d’informations. J’ai pris plaisir à lire chaque partie (définition, composition, son rôle, etc.) et je trouve judicieux d’avoir terminé l’article sur le don du sang. Étant donneur depuis très longtemps, je trouve qu’il n’y a pas encore assez de personnes qui se mobilisent. C’est en quelque sorte un appel à l’action donc merci pour toutes celles et ceux qui en ont besoin !



19/12/2022 à 17h00

Merci pour cet article que je trouve très complet 😉 Cela m’a rappelé mes cours de physiologie à la fac (il y a bien longtemps…). Pour répondre à ta question, non je ne donne pas encore mon sang. Mais cela fait qq temps que j’y pense et ça pourrait bien faire partie de mes bonnes résolutions pour 2023 😉



19/12/2022 à 18h27

Un article vraiment intéressant que je vais m’empresser de partager avec mes garçons qui sont toujours très friands de ce genre d’informations! L’article est bien détaillé et parler du don du sang est tellement important! Merci pour tout!



Stéphanie Porée
19/12/2022 à 22h09

Merci pour cet article très bien détaillé. Il me rappelle ce que notre corps réalise chaque jour pour nous. Incroyable !
Merci également de nous sensibiliser au don du sang.



20/12/2022 à 18h53

Cet article est vraiment top, aussi bien pour apprendre moi-même, mais aussi pour les enfants, c’est beaucoup plus intéressant ici, que ce que l’on trouve dans les manuels scolaires.
Alors moi je donnais mon sang, mais il est vrai que depuis un petit bout de temps (4ans je pense), je ne le fais plus, et je pense que je vais remédier à cela.
Je n’aurais jamais pensé qu’au final on avait si peu de sang, ni même que le sang partait des poumons, pour moi cela partait du cœur, comme quoi on en apprend tous les jours. Merci pour toutes ces info.



    27/12/2022 à 22h49

    J’avoue que ça fait un moment aussi que je n’ai pas donné mon sang. Il va falloir que je remédie à ça! Pour ce qui est du point de départ du sang…comme il est sur un circuit fermé, il commence bien là où il veut! Qu’il commence du cœur, des poumons ou même des organes…il fera le même trajet au final!



21/12/2022 à 14h01

Bonjour, Articles que j’ai troué très intéressant ! J’ai appris beaucoup de choses et cela à modifier un peu ma façon de voir le fonctionnement de mon corps !



22/12/2022 à 18h16

Un article très complet pour tout savoir sur le sang !! les illustrations sont bien choisies et la conclusion superbe. Merci Claire pour cet article 🙂



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *