Transmettre sa passion : les 5 règles d’or

Transmettre sa passion : les 5 règles d’or

Transmettre sa passion

Transmettre sa passion…C’est le sujet que je proposais d’aborder durant un carnaval d’articles. Du coup, je me suis posais moi aussi la question! Comment je m’y prends pour transmettre ma passion?

Tu commences à me connaitre ! Je suis curieuse, j’aime expérimenter, découvrir et plus particulièrement dans le domaine des sciences. Et c’est tout naturellement que j’aimerais transmettre ce goût pour tout ce qui nous entoure à nos enfants. Mais comme m’y prendre sans passer pour la mère lourdingue qui impose et veut embrigader ses enfants ? C’est ce que je te propose de partager aujourd’hui !

Règle numéro 1 : Vivre sa passion pour transmettre sa passion

Tout d’abord il faut se baser sur un principe hyper simple : les enfants sont naturellement curieux ! Je compte donc énormément sur le besoin de découvrir et d’imiter. Je lis, j’expérimente, je découvre et j’observe sans eux. Je fais ma petite vie, je fais ce qu’il plait.

De temps en temps, je les invite à regarder ce que j’observe mais c’est très loin d’être systématique. Mais ils vont venir d’eux-mêmes voir ce que je fais. C’est à ce moment-là, loin de toute obligation, qu’ils seront les plus réceptifs à ce que je pourrais leur offrir. Si je leur fais un cours magistral sur la cristallisation de l’eau, ils en auront marre et ne retiendront rien du tout. S’ils me voient créer un cristal et répondre à leurs questions, alors ils retiendront quelques bribes de connaissance.

Règle numéro 2 : Ne rien obliger

Pour moi, il est hors de question d’imposer quoi que ce soit dans le domaine de la transmission d’une passion. Ce serait complètement contre-productif. Si mes enfants rejettent la proposition d’expérience que je leur fais, il n’y a aucun souci, on ne la fait pas ! Ou je la fais toute seule ! En imposant ma passion, je vais créer un phénomène de rejet. Mes enfants vont associer les sciences à quelque chose de rébarbatif qu’ils chercheront coûte que coûte à fuir. Ne leur jetons pas la pierre, nous sommes dans le même cas ! Si on m’impose quelque chose qui n’a aucun sens pour moi, je vais être bien plus résistante et imperméable et je mettrai de la mauvaise volonté.

Il est totalement contre-productif d’obliger un enfant à suivre la passion de quelqu’un d’autre

Règle numéro 3 : Ne rien exiger

Mes enfants ont maintenant 5 et 7 ans, je ne vais pas exiger d’eux une rigueur scientifique à toute épreuve lorsqu’ils font des expériences. Je ne vais pas leur demander des connaissances scientifiques en inadéquation avec leur âge. Ils ne vont pas me décliner le tableau des éléments périodiques ni les formules d’intégration des polynômes du 3ème degré ! Non et trois fois non ! Encore une fois, ce serait contre-productif ! Je ne réussirais qu’à les dégouter des sciences en leur demandant des choses qui ne sont pas adaptées à leur âge.

Ayons une exigence en adéquation avec l’âge de l’enfant pour ne pas le dégoûter

Règle numéro 4 : S’ouvrir aux autres

Je pense qu’il est important aussi de s’intéresser à la passion des autres si on veut que les autres s’intéressent à notre passion. Nos enfants ont des goûts qui sont différents des nôtres, et c’est bien normal ! Alors pourquoi ne pas échanger sur nos connaissances respectives ? Je n’ai jamais été aussi calée dans le domaine des engins de chantier que depuis que j’ai deux garçons qui s’y intéressent !

Je ne sais plus qui disait quelque chose comme ça : lorsque vous possédez un objet, si vous le donnez, alors vous n’avez plus rien. Mais lorsque vous possédez une connaissance et que vous la donnez, alors vous continuez à la posséder. Cela se multiplie. On ne perd pas nos connaissances lorsque nous partageons et j’ajouterai que l’on ne perd pas nos connaissances lorsque nous en acquérons de nouvelles. Alors, échangeons nos connaissances ! C’est le meilleur moyen de transmettre !

Etre à l’écoute des passions des autres favorise l’échange de connaissances

Règle numéro 5 : Diffuser sa passion

Et bien sûr, lorsque deux passions s’allient (l’écriture et les sciences), ça donne naissance à un blog sur les sciences ! C’est l’histoire de Sciences Ludiques ! J’aimerais que le plus grand nombre de personnes aient accès à la culture scientifique, que plus un seul parent se trouve démuni face aux questions scientifiques des enfants curieux.

Transmettre sa passion ne s’arrête pas à la porte d’une maison ! On peut voir plus grand et grâce à la magie d’internet, diffuser un savoir n’a plus de limite ! Le réseau envoie mes articles à l’autre bout de la terre (« Mais là Terre n’a pas de bout » me rétorquerait mon petit bonhomme !) Chacun peut puiser dans les connaissances de l’autre pour compléter sa culture et c’est ça qui est magnifique ! Le savoir n’est plus cantonné aux savants, aux bibliothèques !

Et toi ? Comment aimes-tu transférer ta passion ? Comment vas-tu rechercher un savoir ?

N'hésite pas à partager cet article si tu l'as aimé!

18 réponses

  1. Béa dit :

    Merci Claire pour ton article sur les 5 règles d’or pour transmettre sa passion. C’est une véritable source d’inspiration !

    J’ai particulièrement apprécié la clarté avec laquelle tu présentes chaque règle et les exemples concrets que tu utilises.

    Au plaisir d’échanger ensemble ! A bientôt.

  2. jouvenon dit :

    Super article ! L’essentiel est de partager, prendre plaisir et inspirer !

  3. Lucile dit :

    J’aurais exactement les mêmes préoccupations ! Comment ne pas passer pour la “relou” qui veut embringuer tout le monde dans sa passion dévorante ahaha
    Je n’ai pas encore d’enfants, mais tous les conseils de cet article résonnent en moi…
    Ne pas forcer, ne pas exiger…
    Simplement semer la graine de sa propre passion, et voir si ça prend ou pas chez l’autre !

  4. magdalena dit :

    Merci pour cet article plein de bon sens que je vais m’empresser de partager avec des gens dont je tairai le nom… 🙂

  5. Jessica dit :

    Comme tu le dis, il est important de respecter le rythme et les intérêts de chacun, surtout des enfants, pour cultiver une vraie curiosité. J’aime bien le principe de partager spontanément ses découvertes; cela semble être une méthode douce et efficace pour éveiller l’intérêt sans s’imposer.

  6. Merci Claire pour ton article tout à fait intéressant sur les modes de partage de la passion. Je ne sais trop comment, mais j’ai réussi à partager ma passion du tennis à mon fils. Peut-être qu’il était déjà disposé. En tout cas, je dois dire que j’aurais été très déçu s’il n’avait pas apprécié 🙂

    • C’est vrai que parfois on espère vraiment que nos enfants auront la même passion que nous! On sait qu’il ne faut rien obliger mais on sait aussi que l’on aurait un petit pincement au coeur si notre passion les laisser de marbre!

  7. Jackie dit :

    J’ai beaucoup aimé lorsque tu dis : « lorsque vous possédez une connaissance et que vous la donnez, alors vous continuez à la posséder. » ,c’est comme l’amour, lorsqu’on le donne, on en a encore à donner ! Merci pour tes conseils.

  8. Juju dit :

    Article intéressant. Effectivement je suis d’accord avec toi, il ne faut pas forcer ou obliger les gens à aimer notre passion. Rien de tel pour, au contraire, les en dégoûter. Et puis chacun a ses gouts et ses affinités.
    Mais quand on a des enfants, c’est sûr que c’est une petite fierté qu’ils adhèrent aussi à notre passion.

  9. Virginie dit :

    « Transmettre à qui le souhaite », je crois que c’est ce que je choisirai comme credo.

  10. Christelle dit :

    Super article !
    C’est vrai que s’ouvrir aux autres activités pour mieux partager ces passions c’est top ! 👍

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *