Pourquoi croire en la science
Divers

Pourquoi je ne crois pas en la science?

Pourquoi ne faut-il pas croire en la science? Aussi étonnant que cela puisse être avec un blog comme celui-ci, je ne crois pas en la science ! Plus exactement, ce n’est pas parce qu’une information est estampillée « scientifiquement prouvée » que je vais la croire sur parole ! Et ce, pour différentes raisons ! Allez, c’est parti, je t’embarque dans mon raisonnement !

Les sciences aux origines de l’humanité 

Qu’est-ce que la science ?

D’après le Larousse, la science est « l’ensemble de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d’objets ou de phénomènes obéissant à des lois et/ou vérifiés par des méthodes expérimentales. »

Ok…mais alors, quand est née la science ?

Et bien elle est tout simplement aussi vieille que l’humanité ! Et bien oui ! Les premiers hommes ont rapidement appris à observer la nature, les nuages, les plantes, les maux de leurs congénères, etc. Ils en ont déduit des lois, des théories pour savoir quand partir en transhumance, comment soigner, quand semer…

Au fur et à mesures des années (et des siècles/millénaires) ces théories ont été confirmées par l’expérimentation puisque les êtres humains étaient bien en capacité de vérifier que planter un grain de maïs en plein hiver alors que la neige ne va pas tarder ne servait pas à grand-chose !

Pourtant, aujourd’hui, quand quelqu’un regarde les nuages ou le vol des oiseaux pour prédire le temps qu’il fera demain, on dit qu’il s’agit là de méthodes de grand-mère voire de charlatans. A croire qu’il a fallu attendre les ballons atmosphériques et les satellites sophistiqués pour prédire la météo ! Mais pas du tout ! Observer, prédire, vérifier…c’est la base du raisonnement scientifique !

Une science qui a été affinée pendant des décennies, des siècles voire des millénaires mais qui a ensuite été oubliée au profit de la technologie ! Tout du moins, c’est ce qu’il s’est passé par chez nous, en Occident. Dans d’autres régions reculées du globe ce n’est pas le cas !

Pourquoi croire la science
Dans certaines tribus, les hommes n’ont pas perdu leur connexion aux sciences anciennes

Tu veux dire que quand ma grand-mère m’assure que prendre une infusion de feuilles d’ortie pour diminuer la démangeaison d’un bouton, c’est scientifique ?

Pourquoi croire les sciences d’hier et d’aujourd’hui?

C’était peut-être « scientifique » par le passé, il y a un certain nombre de générations auparavant. Mais le problème, c’est que l’on est aujourd’hui complètement déconnectés des premières sciences. Je veux dire que je ne sais pas comment nos ancêtres sont arrivés à cette conclusion ! Est-ce que cette solution a été testée sur un seul bouton de ma grand-mère ? Ou est-ce que cela fonctionne avec tous les boutons de toute une population depuis 500 générations ? Tu vois ce que je veux dire ?

Pendant très longtemps, la science s’est transmise oralement, de chaman en chaman, de sorcier à sorcier ou qui sais-je encore ! Ces personnes détentrices de connaissances scientifiques avaient testé pendant une très très longue période et pouvait alors dire que, oui, tel remède était efficace contre tel maux ou que tel nuage annonçait telle météo parce qu’on connaissait les lois qui gouvernaient la nature depuis de nombreuses générations. Ils n’avaient pas à se demander pourquoi croire la science, les résultats étaient là!

Aujourd’hui, on a perdu cette tradition orale. Ce savoir, qui était prouvé à l’époque, ne fait plus partie de nos connaissances scientifiques. Et si une personne vient me voir en me proposant une feuille d’ortie pour calmer une démangeaison, je vais lui rire au nez !

A l’heure actuelle pour qu’une information soit qualifiée de « scientifiquement prouvée », il faut qu’elle ait été étudié dans un laboratoire et subi des expériences bien précises, à défaut d’être testées sur des centaines de générations ! Mais même avec tout cela, je ne fais pas une confiance aveugle à ce que je lis ou j’entends! Pourquoi ne pas croire en la science?

Les erreurs scientifiques font parties de l’histoire des sciences

La première chose à garder en tête c’est que l’histoire des sciences est remplie d’erreurs…scientifiquement prouvées ! En voici quelques-unes des plus remarquables.

Il était par exemple, « scientifiquement prouvé » que l’hystérie était due à un déplacement de l’utérus. Oui, madame ! Si tu as le malheur de présenter des symptômes qui laissent penser que tu es hystérique, et bien on t’enlève tout simplement l’utérus (et le clitoris au passage !) et ce, jusqu’à XIXème siècle[1].

Il était également « scientifiquement prouvé » que la théorie de la génération spontanée était exacte ! Autrement dit que des organismes pouvaient apparaitre là, comme ça, sans qu’il y ait une génération précédente ! La nouvelle définition de la famille : des enfants…mais pas de parents[2] ! C’est Louis Pasteur qui démontra l’inexistence de la génération spontanée!

Pourquoi croire la science
Procédé expérimental qui permis à Louis Pasteur d’invalider la théorie de la génération spontanée

Allez, une dernière pour le plaisir : le cordon ombilical du fœtus sert, selon Leonard de Vinci, à conduire l’urine du fœtus à l’extérieur de l’utérus[3].

Tu peux d’ailleurs trouver bien d’autres erreurs scientifiques par ici.

Quelle leçon je tire de cela ? Lorsqu’une nouvelle idée germe dans la tête d’un scientifique et qu’il publie un article pour la présenter, je range cette information dans le tiroir « idées possibles » de ma tête, mais pas dans le tiroir « vérité vraie ». On dit souvent qu’en sciences, une hypothèse est vraie tant qu’il n’a pas été démontré qu’elle est fausse. C’est ce que l’épistémologue Karl Popper présente en expliquant qu’il n’y a pas de vérité absolue mais seulement des vérités relatives en sciences[4].

Il faut donc toujours garder cela à l’esprit. Rappelle-toi qu’il a été scientifiquement prouvée que la terre était plate…tout comme il est aujourd’hui scientifiquement prouvé qu’elle est sphérique !

Pourquoi croire la science puisque les scientifiques sont de simples êtres humains?

Je voudrais également mettre en avant un autre aspect qui me pousse à me demander pourquoi croire la science : les chercheurs, les scientifiques, sont des êtres humains ! Si, si ! Je t’assure ! Pour les avoir côtoyés je peux témoigner qu’ils parlent de belles filles, de beaux garçons ou encore de leurs vacances pendant leur pause café !

Ils ont donc les mêmes problématiques que toi et moi !

La course à l’argent

Quelle est l’une de nos principales préoccupation en tant qu’être humain ? L’argent, bien sûr ! Et bien oui ! Chercher coûte de l’argent ! C’est indéniable ! Donc ce que j’aime regarder lorsqu’un nouvel article scientifique sort c’est qui a financé les recherches ! Tu imagines bien qu’un article consacré au danger du tabac financé par une grande firme du tabac aura à mes yeux beaucoup moins d’intérêt qu’une autre étude portant sur le même sujet mais financé par un organisme totalement indépendant !

Je ne dis pas que les résultats sont truqués ! Non ! Pour qu’un article scientifique soit publié, il est passé en revu par un comité qui relit les moindres détails, cherche la petite bête, la faille. Non, ok, les résultats sont là. Mais par contre, il y a tout ce qu’on ne dit pas dans un article ! Il est tout à fait possible de ne pas publier un résultat qui ne va pas dans le sens que l’on veut !

Imagine que tu fais 20 fois une expérience. 17 fois tu obtiens le résultat noir et 3 fois tu obtiens le résultat blanc. Tu peux tout simplement argumenter que les 3 résultats blancs sont ce qu’on appelle des artefacts. Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est grosso modo ce qu’on ne sait pas expliquer, les aléas de l’expérience. C’est la seule fois où tu as raté ton gâteau fétiche alors que tu suis la recette à la lettre depuis 15 ans !

Pour être totalement impartial, il faudrait que chaque résultat blanc ait autant de poids qu’un résultat noir.

Pourquoi croire la science
Les sciences sont dépendantes de l’argent et sont donc influencé par celui-ci

La course aux articles

Bon, ok, les scientifiques utilisent l’argent comme on l’attend d’eux. Mais au fait, comment font-ils pour obtenir de l’argent ?

Cette attribution, mais aussi l’évaluation de la carrière de chaque scientifique, se fait en analysant ce qui a été publié. Et qu’est-ce qui est publié ? Des résultats dits « positifs ». C’est-à-dire ?

Imagine qu’une équipe trouve que le médicament X tue la totalité des cellules cancéreuses. Formidable, n’est-ce pas ? Cette équipe publie un article dans le meilleur journal. Cela fait la une des médias. A côté de ça, 15 équipes ont refait les expériences et aucune ne retrouve ce résultat ! Le problème ? Personne ne publie pour dire qu’il n’a pas trouvé quelque chose ! On ne verra donc que le résultat positif des expériences !

Cette course à l’argent et à la publication biaise donc un peu les résultats « scientifiquement prouvés » !

Il faut donc avoir assez de recul pour regarder les conditions qui ont permis la publication de ces résultats. Qui a financé ces recherches? Combien d’articles sur ce sujet sont-ils sortis? Je veux dire que quelque chose comme la théorie de la gravitation ou la loi d’Archimède ne sont plus à remettre en question. Cela fait si longtemps que ces théories sont testées dans tous les sens, dans des conditions toujours plus farfelues les unes que les autres, que l’on peut raisonnablement être convaincu de leur justesse !

Si par contre, demain, on me sort un article prouvant par A+B que la molécule X est capable de faire régresser tous les cancers possibles et imaginables…là, je n’y croirais pas ! Et j’attendrais des preuves supplémentaires !

Les scientifiques subissent une pression afin de publier leurs résultats ce qui biaise les sciences.

Pourquoi croire la science quand elle est tant liée aux convictions personnelles

Les scientifiques sont des humains comme les autres. Ceci sous-entend qu’ils ont des convictions, des croyances, des intuitions. Ils peuvent donc être influencés (consciemment ou non) par tout ce qui les entoure y compris les partisans de mouvement tel que le créationnisme, le relativisme, le scientisme, la religion ou encore la politique pour n’en citer que quelques-uns.

L’importance de l’environnement fut d’ailleurs très marquée durant les siècles précédents où la religion était particulièrement bien ancrée dans l’esprit de chacun. C’est ainsi qu’il a été très difficile pour les scientifiques d’accepter la théorie de l’évolution, malgré les preuves apportées, parce que cette théorie allait à l’encontre de ce que dit la Bible.

Rappelons quand même que, au XVIème siècle, l’Eglise s’est incrustée dans l’Histoire des Sciences en annonçant officiellement que la théorie d’Aristote (selon laquelle le soleil tourne autour de la Terre) était une référence universelle, LA vérité absolue. Tu comprends pourquoi Galilée a eu du mal, par la suite, à faire entendre sa voix quand il a annoncé que c’était bien la Terre qui tournait autour du soleil ! Je t’invite d’ailleurs à télécharger mon livret d’activités pour en savoir plus sur la bataille qu’a due mener Galilée pour faire entendre sa voie.

L’Eglise affirma que la théorie d’Aristote selon laquelle le soleil tournait autour de la Terre était juste…
…ce qui compliqua sérieusement l’acceptation de la théorie de Galilée selon laquelle c’est la Terre qui tourne autour du soleil.

De ce fait les scientifiques peuvent être persuadés de voir un artefact dans leurs expériences alors qu’il s’agit en fait d’un réel résultat à étudier de manière plus approfondie ! L’inverse est aussi vrai bien sûr ! Etre persuadé que l’on tient là un magnifique résultat, alors que ce n’est qu’un artefact !

Moi, toi, citoyen lambda

D’ailleurs, il faut bien avoir conscience que, nous aussi, citoyen lambda, sommes influencés par notre environnement. Nos croyances religieuses, politiques, nos convictions intimes, ce que l’on voit sur les réseaux sociaux, sur les médias, etc. Tout cela va nous pousser à croire, ou non, un fait « scientifiquement prouvé ». C’est d’ailleurs ce qu’a démontré Dan Kahan il y a quelques années au sujet du réchauffement climatique[5]. D’après son étude, les personnes adhérant à l’idéologie démocrate ont tendance à être d’accord avec le fait que les activités humaines sont responsables du réchauffement climatique alors que pour les personnes adhérant à l’idéologie républicaine, tout cela n’est que fumisterie !

Pour résumer, l’environnement dans lequel baignent les scientifiques peut influencer leur conclusion et l’environnement dans lequel, toi, tu baignes, peut influencer la perception de cette conclusion !

Pour éviter tous ces biais qui se trouvent sur le chemin de ceux qui cherchent la vérité, il y a deux moyens essentiels.

Le premier consiste à se demander s’il s’agit d’une idée nouvelle ou non, autrement dit est-ce que cette théorie a été suffisamment testée, éprouvée pour qu’on puisse lui faire confiance ? Si la réponse à cette question est non, alors il faut prendre l’information avec des pincettes et la mettre au conditionnel.

Le deuxième principe est de garder en tête qu’une théorie est vraie tant qu’on n’a pas démontrée qu’elle est fausse !

Pourquoi croire la science? Le juste milieu entre naïf et sceptique

Pour finir, je voudrais préciser que cet article ne vise pas à faire de toi un sceptique de la science mais un citoyen averti qui ne croit pas tout ce qu’on peut lui dire ni qui rejette toutes les nouvelles théories. Parce que, oui, de nouvelles théories peuvent être juste même si elles ne sont pas acceptées par une majorité de scientifiques, comme ce fut le cas lorsque Galilée a annoncé que la Terre tournait autour du soleil ! D’autant plus à notre époque où chaque article est revu par un comité de scientifiques qui sont là pour veiller à la validité des résultats publiés !

Pourquoi croire la science? Il suffit de trouver le juste milieu entre croire à tout ce qui est « scientifiquement prouvé », comme cette vieille publicité pour une crème cosmétique radioactive et rejeter en bloc tout ce qui sort des laboratoires !

Publicité pour une crème cosmétique radioactive (début XXème)

Et toi, dis-moi as-tu tendance à croire la science ou pas ?

Bibliographie

  • [1]         H. Landouzy, Traité complet de l’hystérie. J.-B. et G. Baillière, 1846.
  • [2]         F.-A. Pouchet, Hétérogénie; ou, Traité de la génération spontanee, basé sur de nouvelles expériences. J. B. Baillière et fils, 1859.
  • [3]         « Leonardo da Vinci’s Embryological Drawings of the Fetus | The Embryo Project Encyclopedia ». https://embryo.asu.edu/pages/leonardo-da-vincis-embryological-drawings-fetus (consulté le 4 août 2022).
  • [4]         K. Popper, « La Société Ouverte et ses ennemis », Karl Popper, p. 23.
  • [5]         D. M. Kahan, « Climate-Science Communication and the Measurement Problem ». Rochester, NY, 25 juin 2014. Consulté le: 4 août 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://papers.ssrn.com/abstract=2459057
N'hésite pas à partager cet article si tu l'as aimé!

Commentaires

08/08/2022 à 10h21

J’aime beaucoup ton raisonnement et c’est un article vraiment très intéressant. On a tendance à faire confiance à la science, presque aveuglément. Alors que parfois les remèdes de grand mère sont tout aussi efficaces…



    08/08/2022 à 23h38

    Oui, j’ai l’impression que le juste milieu est difficile à trouver dans ce domaine : soit on croit tout, soit on ne croit rien! Il n’est pas évident d’avoir le juste recul!



08/08/2022 à 11h38

L’épreuve du temps est effectivement importante.
Personnellement, je crois avant tout dans la Nature, qui a un département R&D avancé, avec des millions d’années d’avance en essais-erreurs :).
Ensuite, la recherche humaine présente inévitablement un biais. C’est pourquoi le débat scientifique est si important pour confronter ses idées et aller vers la vérité.
Enfin, les idées nouvelles et les changements peuvent être perturbant et on peut changer d’avis ! Le génie Stephen Hawking a changé d’avis sur ses propres théories (bien expliqué dans le super film « Une merveilleuse histoire du Temps »). Plus récemment, mon beau-père était climatosceptique il y a encore 5 ans. Avec les évènements climatiques plus extrêmes et fréquents ces dernières années et la sécheresse dans son jardin, il reconnait désormais le changement climatique dont la Science nous a prévenu il y a plusieurs décennies déjà.



    08/08/2022 à 23h40

    C’est vrai que l’épreuve du temps est, je crois, la plus fiable! Cela donne le temps au débat scientifique d’avoir lieu et de changer d’avis! Je ne connais pas le film que tu mentionnes, tu as piqué ma curiosité! Je vais essayer de le trouver!



09/08/2022 à 6h39

Une analyse « critique » très intéressante et comme toujours très fournie et documentée. Bravo pour ce travail ! Personnellement (un peu comme la « course à l’argent » dont vous parlez) le fait de mettre des aspects scientifiques dans toutes les démarches marketing me fait effectivement douté de 100% des arguments scientifiques. Les Yaourts avec des « éléments actifs », les « Oméga 3 » à tout de bras… Même si je sais que le terme d’alicament existe désormais le virage (versus il y a 20 ans) me semble un peu brutal pour faire confiance à 100% à la portée de ces arguments…



    09/08/2022 à 21h56

    Je suis d’accord qu’à mettre des sciences dans tout et n’importe quoi ça en devient ridicule et peu crédible! Le bénéfice de certains aliments est certains. Mais ce n’est pas scientifique…c’est presque du bon sens! A se jeter sur la malbouffe on en oublie les règles de bases et les grandes firmes croient que c’est à coup de sciences qu’elles vont ramener les gens sur le bon chemin (enfin, sur le chemin qu’ils ont désigné…qui n’est pas forcément le bon)



09/08/2022 à 10h00

Drôle de dilemme entre biais de confirmation (expérience) et biais d’autorité (science) haha !

Excellent article, j’aime beaucoup ton approche.
Je pense qu’il faut pouvoir rester ouvert d’esprit et ne pas avoir peur de confronter ses idées et douter (intelligemment) de tout y compris de nos propres convictions 🙂

Merci pour cet article !



09/08/2022 à 14h04

Les scientifiques peuvent tout aussi bien se tromper comme n’importe qui – l’histoire et ton article le prouvent 🙂
Dans la science, comme dans tous les domaines, il est important de garder un esprit critique !



09/08/2022 à 17h17

La science, il me semble que c’est aussi un art, l’art de l’observation et de l’empirisme. De là on en tire des règles, des lois, par le passé c’était des prédictions. Malheureusement ou heureusement ces règles ne sont valables que tant que l’on ne les a pas contredites pas d’autres preuves provenant d’autres connaissances. La question n’est pas de croire ou non en la science (je ne remets pas en cause le titre de ton blog 🙂 je développe le commentaire), mais de la connaitre en étant ouvert et interrogateur. Comme tu le dis à la fin c’est le juste milieu entre sceptique et naïf. La science n’est pas une religion, on ne croit pas en la science, on croit en Dieu, on croit au Père Noël ou à la petite souris, mais c’est tout. La science c’est de la réflexion, des doutes, parfois des certitudes, mais surtout beaucoup de curiosité, là est la beauté de la science en perpétuelle évolution.
Un certain Rabelais ne disait-il pas à juste titre « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Aujourd’hui on a un peu trop tendance à abréger cette parabole en la « science n’est que ruine de l’âme ». Remettre en cause la science ou juste s’interroger (qui est pourtant le propre de la science) c’est être en opposition au progrès et même être un idiot !
La science est liée aux convictions comme tu l’expliques dans on paragraphe, mais il me semble qu’elle est encore plus liée à l’intuition (pas toutes bien sûr) qui mène a l’hypothèse pour de nouvelles découvertes.
Bon j’arrête sinon c’est moi qui vais écrire un article, mais c’est un bon sujet de discussion et de débat, je pense 🙂 🙂 Bien vu



    09/08/2022 à 22h02

    Merci pour ce commentaire fort bien argumenté! 😉 C’est marrant, la citation que tu évoques est une des rares dont je me souvienne et que j’ai en tête régulièrement (à chaque fois que je me questionne sur un article scientifique!) J’aime beaucoup aussi le fait de croire au Père Noël mais pas à la science! Je n’avais pas vu ça comme ça, mais finalement, c’est vrai que c’est un peu ça! Pourtant, le grand public, en tant que non-scientifique, doit bien croire (ou non) ce qu’on lui dit comme un enfant croit (ou non) au Père Noël. Mais comme l’enfant en vient à se questionner sur l’existence du bonhomme rouge, on doit en venir à questionner les vérités dites scientifiques.



10/08/2022 à 9h57

Je t’avoue que les évènements de ces dernières années ont beaucoup érodés mes croyances en la science où l’on veut t’amener à croire qu’un scientifique médiatisé a plus de poids qu’un autre dont les propos semblent plus argumentés. Je ne dis pas qu’il faut renier la science. Elle a apporté de belles choses mais effectivement, comme tu dis, garder un esprit critique, surtout quand il n’y a pas assez de recul pour comprendre les tenants et les aboutissants.
Ta critique est superbement bien construite. Du bon travail !



    12/08/2022 à 6h57

    Comme tu le dis si bien, les événements des dernières années prouvent à quel point l’épreuve du temps est indispensable pour connaitre la vérité! On saura très probablement dans 10 ans, 20 ans, 50 ans ce qui aurait du être mis en place rapidement ou ce qui était inutile! En attendant, il est très important d’ouvrir le débat scientifique autour des questions qui nous concerne et ne pas prendre pour argent comptant tout ce qui nous ai dit!



10/08/2022 à 11h11

Article très intéressant et je trouve ça hyper chouette de trouver ce type discours sur ton blog, destiné à la science. Une vraie remise en question et prise de recul ! Je crois effectivement que le vécu de chacun, l’éducation et la proximité avec la nature font beaucoup dans la croyance envers la science. Je serais plutôt du genre à écouter les conseils de ma grand-mère et des thérapeutes plutôt que celui de mon médecin traitant. Et pour cause, « la course aux articles » a de quoi donner le tournis…



    12/08/2022 à 6h59

    Le vécu de chacun est effectivement indissociable de la perception que l’on se fait des sciences…phrase vraie pour les non-scientifiques aussi bien que pour les scientifiques!



10/08/2022 à 12h52

« *Pour qu’un article scientifique soit publié, il est passé en revu par un comité* » malheureusement (pour nous lambda qui prenons les publications comme preuve de sérieux) ce n’est plus systématiquement le cas et encore moins en période de crise Covid.

Puisque les chercheurs sont reconnus au nombre de publication, certaines revues en abusent, se prétendant revue scientifique mais ne passant pas les articles à la relecture d’un comité (coucou l’hydroxychloroquine qui soigne le covid et empêche les accidents de trottinettes ou la vitamine D qui soigne les cancers). C’est ce qu’on appelle les revues prédatrices. De même, il me semble important de préciser que ces comités, quand ils sont là, ne vérifie que la démarche et pas les résultats.

Bref, comme tu le dis, la science, c’est l’esprit critique et il faut toujours vérifier ses sources x)

Quelques liens intéressants :
> https://bonpote.com/peer-review-et-publications-scientifiques-definition-et-limites/
> https://www.letemps.ch/sciences/2017/09/19/publish-or-perish-science-met-chercheurs-pression
> https://scienceouverte.univ-rennes1.fr/les-revues-predatrices



    12/08/2022 à 7h02

    Je te remercie pour ta réflexion! Il est vrai que certaine revue se disent scientifiques alors qu’elles ne le sont pas au sens stricte du terme! Il faut toujours vérifier ses sources, on ne le dira jamais assez!



10/08/2022 à 13h33

Salut Claire,

Je suis tellement d’accord avec toi !

Récemment, j’ai lu un article qui disait que la vitesse de rotation de la terre s’accélère. Elle ferait son tour complet sur elle même 1.5ms plus rapidement que je sais plus quand…sur 365 jours, c’est imperceptible pour nous.

Ma 1ère question intérieure a été « Oui, mais si les gens qui ont fait ce calcul ont prit un autre calcul comme base scientifique, et que ce calcul est érroné…alors ce que je viens de lire est faux… »

Parfois, je pense qu’il faut accepter l’idée de ne pas tout savoir. Non ?

a+

Benoit



    12/08/2022 à 7h05

    A titre personnel, je pense également qu’il est important de se faire une raison : il restera toujours des choses qu’on ne pourra pas expliqué et c’est tant mieux!
    Par contre l’humanité a toujours cherché à comprendre les choses qui les entoure et, je crois que ce n’est pas près de s’arrêter!



10/08/2022 à 15h48

Super intéressant !
Je prends généralement des précautions sur tout ce qui est avéré scientifiquement car en effet toutes les études et tous les scientifiques ne se valent pas, ne sont pas rigoureuses ou trop orientées sur un objectif économique.
Je trouve important de faire diverses recherches pour se forger un avis et non pas gober un article comme la vérité absolue.
Nous avons malheureusement eu un cas bien éclairant sur tout ça d ailleurs avec la COVID et la multitude d’avis scientifiques divergents…



    12/08/2022 à 7h07

    Oui, effectivement, nous avons eu un sacré exemple de la difficulté que peuvent rencontrer les scientifiques pour se mettre d’accord! On saura probablement sans 10 ou 30 ans qui avait raison!



21/08/2022 à 10h31

RadioCrémeline, rien que le nom fait peur ! Mais je n’en n’avait jamais entendu parler, merci pour la découverte.

Cet article est génial, et plairait certainement à Idriss Aberkane, qui en connait un rayon sur les comités de lecture, les lobbies qui prennent le dessus sur les résultats à présenter à la « masse » (je n’aime pas ce terme, mais c’est comme cela que nous sommes vus), afin de vendre toujours + !

Je pense qu’il faut réussir à avoir un oeil critique, avoir ses propres opinions, qui sont déjà bien imprégnées de notre éducations, valeurs, …, et « garder en tête qu’une théorie est vraie tant qu’on n’a pas démontrée qu’elle est fausse ! » Un peu comme la célèbre phrase des tribunaux, vous être accusé de … mais innocent jusqu’à preuve du contraire …



    21/08/2022 à 15h19

    Oui, c’est vrai que le nom fait peur…et pourtant c’est ce même nom qui faisait vendre quelques décennies en arrière!
    Le secret est bien de garder un œil ouvert, un esprit critique et une bonne dose de synthèse par rapport à tout ce qu’on lit/entend.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.