programmes sciences participatives
Biologie / Divers

Comment contribuer à des programmes de sciences participatives avec des enfants?

Il y a quelques temps, j’ai demandé autour de moi qui connaissais des programmes de sciences participatives. Je me suis alors rendue compte que peu de personnes savent ce que sont les sciences participatives et encore moins de personnes ont déjà pris part à un tel programme ! Quel dommage ! C’est un excellent moyen de faire découvrir les sciences et le monde de la recherche à des enfants. Et comme je te le disais dans un précédent article, je pense qu’il est essentiel de faire découvrir les sciences dès le plus jeune âge.

Je te propose donc aujourd’hui de te faire découvrir ce nouveau monde qui s’ouvre à toi.

Programmes de sciences participatives ? Kézako ?

Le principe est à la fois très simple et très puissant. Une équipe de recherche formée par toute une population est bien plus efficace qu’une équipe de recherche cloîtrée dans un labo ! Simple, non ? Mais pourquoi réquisitionner des bénévoles à l’extérieur des laboratoires ? Tout simplement parce qu’il y a de nombreuses situations où les expériences ne peuvent pas, pour différentes raisons, rester sur une paillasse dans un laboratoire. La principale raison est la place. Une expérience réalisée dans un laboratoire aura une portée bien plus faible que si elle est réalisée à l’échelle d’un territoire entier, voire à l’échelle de toute la planète.

Comment s’organisent les programmes de sciences participatives ?

Une équipe de chercheurs met au point un protocole (c’est le nom scientifique d’une recette ! Une liste d’instructions à suivre pour avoir un bon gâteau…heu pardon, un bon résultat à la fin de l’expérience). Tu t’inscris ensuite au programme de recherche, tu reçois les instructions et éventuellement du matériel ou des codes d’accès sur un site. Bref, tout ce qu’il te faut pour participer à ce programme ! Tu n’as ensuite plus qu’à suivre les instructions et prendre plaisir à apporter ta petite pierre à l’édifice de la recherche !

Qui peut participer ?

Tout le monde ! Parfois certains programmes de sciences participatives demandent un équipement, ou un âge minimum…mais tout le monde peut trouver un programme qui lui correspond. J’ai pris part à mon premier programme de sciences participatives avec mes deux loulous qui étaient alors âgés de 2 ans et demi et 5 ans.

Pourquoi prendre part aux programmes de sciences participatives ?

Pour le plaisir de faire avancer la science ! Une fois l’expérience faite, il faut envoyer les résultats à l’équipe de scientifiques responsable du programme. Ce sont eux ensuite qui rassemblent tous les résultats qui viennent d’un peu partout pour en tirer une conclusion, et éventuellement publier un article (tu ne seras pas cité dans l’article, je te le dis tout de suite ! Ton nom n’apparaitra nulle part !)

Bon, c’est bien beau, mais on les trouve où ces programmes de sciences participatives ?

Plastizen

Le premier programme que je te conseille est Plastizen.

C’est celui-là que j’ai testé avec mes deux loulous. Pour faire court : ce programme est hyper simple et hyper instructif !

programmes sciences participatives
Plastizen, un programme pour étudier la dégradation des plastiques dans le sol.

Objectif du programme :

Une équipe de chercheurs du CNRS étudie la dégradation des plastiques dits « biodégradables ». Ils sont persuadés que la qualité du sol influence cette dégradation. Et c’est là que les citoyens non-scientifiques interviennent ! Les scientifiques ne peuvent étudier cela que chez eux, ils ne vont pas parcourir la France pour refaire leur expérience dans toutes les régions qui possèdent un sol différent ! A nous de faire l’expérience pour eux !

Ce que tu as à faire :

Une fois ton inscription enregistrée, tu vas recevoir un petit kit chez toi. Ce kit contient de quoi tester le pH de la terre que tu as par chez toi (une des caractéristiques du sol qui est importante aux yeux des scientifiques), les instructions et, bien sûr, des bouts de plastique. Tout ce que tu dois faire c’est mettre ces bouts de plastiques dans la terre. Puis les déterrer à intervalles réguliers (tous les mois, pendant 3 mois), prendre en photo l’évolution de ces bouts de plastiques.

Et si tu n’as pas de jardin, pas de panique ! Un simple pot de fleur rempli de terre posé sur une terrasse fait parfaitement l’affaire !

Difficulté :

J’ai rencontré deux principales difficultés en participant à ce programme. La première est qu’il faut s’armer de patience et laisser au temps le temps de faire son travail ! Il s’écoule un mois entre deux prises de photos des morceaux de plastiques. Un mois pendant lequel il ne faut qu’attendre ! Je te laisse imaginer la difficulté que j’ai eu pour retenir mes deux loulous de creuser pour savoir ce que ça devenait !

Deuxième difficulté, j’ai fait ça en hiver et j’ai bien cru que je n’allais jamais retrouver mes petits bouts de plastique enfouit sous 30 cm de neige !

Tu l’auras compris, aucune difficulté majeure à signaler !

Avantages :

C’est là une expérience très simple à effectuer qui peut être accomplie par les enfants les plus jeunes (sous la supervision d’un adulte quand même, pour être sûr que les instructions soient suivies). Même la conclusion est facile d’accès pour les enfants : est-ce que les bioplastiques peuvent être jetés dans la nature ? Pense tout de même à regarder les résultats déjà publiés, ils se pourraient qu’ils n’aillent pas dans le même sens que ceux que tu as obtenus toi…

Spipoll

Voici le deuxième programme que je voudrais te présenter : Spipoll. C’est en fait le premier projet de sciences participatives auquel j’ai participé ! C’était en 2020, je cherchais alors une occupation saine à faire pendant le confinement avec mon ainé alors âgé de 3 ans !

programmes sciences participatives
Spipoll, un programme pour observer les insectes.

Objectif du programme :

Il s’agit là d’aider les scientifiques à recenser les insectes présents sur le territoire français. Une fois encore, on comprend la puissance d’un programme de sciences participatives dans ce genre de situation ! Chaque bénévole va pouvoir observer les insectes présents autour de chez lui et ainsi augmenter la base de données des chercheurs.

Ce que tu as à faire :

Une fois inscrit au programme, il n’y a plus qu’à se mettre au travail ! Aucune pression ! Il n’y a pas un minimum d’observation à faire ou de résultats à obtenir. C’est au bon vouloir de chacun.

Il faut suffit de choisir une plante, l’observer pendant 20 minutes et prendre en photos chaque insecte qui vient se poser sur celle-ci. Après cela, il n’y a plus qu’à identifier les insectes grâce à leur guide hyper pratique et facile à utiliser (mon fils de 3 ans l’a utilisé) et poster les photos sur le site dédié au programme.

Difficulté :

J’ai réalisé ce projet avec mon loulou qui était alors âgé de 3 ans. Rester 20 minutes tranquille pour observer une plante était un peu un défi pour lui ! Le temps d’observation peut donc être une difficulté si vous faites cela avec des enfants qui ne tiennent pas en place.

Autre difficulté que j’ai ressentie : savoir prendre en photo des insectes ! N’étant pas une pro de la photo, j’avais parfois du mal à prendre en photo les insectes de manière assez efficace ! J’ai obtenu je ne sais combien de photo floues. Mais il faut voir le bon côté des choses et j’ai améliorer mes compétences dans ce domaine !

Avantage :

Découvrir la diversité des insectes, prendre conscience de leur fragilité, apprendre petit à petit à les reconnaître, la fierté de participer à une étude scientifique…il y a beaucoup d’avantages à participer à ce projet ! J’en ai également profité pour faire découvrir à mon loulou les bases de la reconnaissance des insectes : 6 pattes, un corps en 3 parties, ailes souple, ailes dures, antennes…

Je t’avoue aussi que c’était un peu un moment de sérénité total partagé avec mon bonhomme. Je choisissais de faire notre observation sur l’heure du temps calme. Il était calé sur moi et observait la nature. On murmurait pour ne pas effrayer de potentiels visiteurs. C’était vraiment très agréable !

Opération escargot et Observatoire des saisons/phénoclim

Voici 3 autres programmes dont je voulais te parler. Je m’apprête à tester deux d’entre eux.

Opération escargot

Le premier est l’opération escargot. Ce programme vise à comprendre l’évolution des populations d’escargots au fils des années.

Le protocole me semble, encore une fois, extrêmement simple. Mais je t’en dirai davantage lorsque j’aurai validé ma participation ainsi que mes premières observations si cela t’intéresse.

Opération escargot, un programme qui fait la lumière sur ces mollusques.

Observatoire des saisons/phenoclim, deux programmes de sciences participatives complémentaires

Je vais également m’inscrire à un autre programme d’étude de la biodiversité. Il s’agira cette fois-ci d’observer la présence d’animaux et/ou le cycle de floraison d’arbres et de fleurs. Ce programme s’appelle « Observatoire des saisons » mais si tu habites une zone montagneuse, il te seras conseillé d’enregistrer tes observations sur le programme « Phénoclim » qui est spécialisé dans ce type d’environnement. Petite info au passage, qui peut t’intéresser : j’ai trouvé plein de ressources pédagogiques sur le thème des saisons et de la biodiversité sur le site de l’observatoire des saisons!

Dis-moi en commentaire si tu veux en savoir plus sur ces programmes. Je pourrai refaire un article plus détaillé lorsque ma participation sera plus ancienne et mes observations plus nombreuses !

programmes sciences participatives
Etude de la biodiversité dans différents environnements…
…ou spécifiquement à la montagne.

D’autres programmes de sciences participatives

Je t’ai présenté ces quelques programmes de sciences participatives parce que ce sont ceux que j’ai testés. Je les ai choisis parce qu’ils sont simples à mettre en œuvre avec des enfants en bas-âge, qu’ils ne demandent pas un grand investissement et que le sujet m’intéresse.

Néanmoins, si tu veux découvrir d’autres programmes tu peux te rendre sur le site OPEN (Observatoires Participatifs des Espèces de la Nature) qui, comme son nom l’indique, propose des programmes orientés sur l’observation de la biodiversité. Certains programmes sont accessibles pour ceux qui habitent en ville, d’autres pour ceux qui habitent en campagne, pour ceux qui habitent en France métropolitaine ou pas. Bref, il y en a pour tous les goûts !

Mais si la biodiversité ne t’inspire pas, alors tu peux aller faire un tour sur le site de Science ensemble qui propose des programmes plus diverses allant de la linguistique au jazz, en passant par l’histoire ! Ce serait bien le diable si tu ne trouves pas ton bonheur là-dedans !

Alors, dis-moi, vas-tu te lancer dans l’aventure des sciences participatives?

N'hésite pas à partager cet article si tu l'as aimé!

Commentaires

14/08/2022 à 21h56

Merci pour cet article très instructif. Je ne connaissais pas l’existence de programmes de sciences participatives. Alors, c’est une découverte super interessante !



15/08/2022 à 23h26

Je ne connaissais pas ces programmes de sciences participatifs! Très intéressant je vais regarder si un programme pourrait intéresser mes crapules!
Merci pour cette belle découverte



16/08/2022 à 13h24

C’est super tentant ! Je me renseignerai sur tous ces programmes dès que j’aurai du temps de libre.
J’avais entendu parler très vaguement du concept sans toutefois avoir cherché à en savoir plus. Merci ^^



18/08/2022 à 22h20

Je ne connaissais pas ce concept de sciences participatives » et je suis sous le charme. J’adore cette idée de profiter d’une masse d’anonymes pour entériner une théorie. Cela me tente même de participer à un programme ! Merci pour la découverte



Jessica M
20/08/2022 à 9h28

Moi non plus, je ne connaissais pas les programmes de sciences participatives. J’y vais de ce pas pour m’inscrire, j’ai un petit neveu qui adore faire des expériences, ça nous fera un chouette projet ensemble !
Merci pour cette belle découverte 🙂



Isabelle
28/08/2022 à 15h31

Ah, je ne connaissais pas du tout. C’est un peu le même principe que ce que propose la LPO (ligue de protection des oiseaux) où on est invité à observer les oiseaux près de chez nous. C’est une chouette idée, et il y a des propositions différentes très intéressantes. Pour répondre à la question : oui ça me donne envie. Merci pour cet article très clair, avec de bonnes ressources.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.